Voici quelques descriptions de sorties que j'ai pu réaliser. Je décris mes impressions sur les voies et les quelques remarques essentielles que je peux avoir concernant l'itinéraire



Cogne - Ecknaton
Cogne - Monday Money
Roche Parnal - Bachi-bouzouk
Scheideggwetterhorn - Pilier Ouest
Bessans - Revernotte
Mauvoisin - Chasseurs de Glace
Pointe Vouilloz - Le Premier Matin du Monde

22 Janvier 2020 - Cogne-Valeille - Ecknaton (D+, 250m)  

Sympathique cascade avec deux belles longueurs qui se méritent par la marche d'approche.

cascade Ecknaton vue depuis l'approche

Les premières longueurs de Ecknaton vues depuis l'approche.

Approche

Environ 2h30 en remontant le vallon de Valeille. La cascade se situe en rive gauche du vallon et est bien reconnaissable.

Voie

L1 3 à 4+: Plusieurs passages possibles. Tout à droite, au plus simple en 3, on tombe sur un relais sur goujons. Sinon, on peut prendre plus directement dans le mur avec des passages plus ou moins raides (relais sur broches). La glace est bonne quoique un peu cassante dans cette première longueur.
L2 (3): Longueur de transition. Un petit ressaut de glace en 3 (25m) pour atteindre le pied du grand mur de la longueur suivante. Nous avons progressé en corde tendue pour rejoindre la longueur 3 (sinon, il faut faire un relais au pied du petit ressaut). Relais rive droite sur broches ou bécquet.
L3 (4+) : Très belle longueur. La première partie est assez sculptée avec de bonnes marches. On termine par un petit mur vertical de 5m pour arriver sur la pente de neige. Relais sur goujons 10m plus haut en rive droite. Bonne glace tendre.

3e longueur de Ecknaton à Cogne

Dans la 3e longueur de Ecknaton

(Pente de neige): Longueur de transition pour arriver au pied du cigare final.
L4 (4+): Le cigare final, assez esthétique. Dans la première partie on trouve des pétales sur lesquels il faut être un peu délicat. On enroule le cigare de la gauche vers la droite pour passer la partie raide en rive gauche, et terminer en plein milieu. Attention, la fin de la longueur se fait sur une cloche relativement fine. Après le cigare, il reste 15m dans une goulotte peu raide avant de trouver le relais sur goujons en rive droite.

4e longueur de Ecknaton à Cogne
Au départ de la dernière longueur de Ecknaton. On voit clairement la cloche au sommet du cigare.

Descente

En rappels dans la voie. Le premier sur goujons jusqu'au pied du cigare. Le deuxième sur lunule pour trouver le relais chainé de L3. Troisième rappel jusque la pente de neige (60m tout juste) Nous avons redescendu la pente de neige à pied (méfiance!), 60m. Dernier rappel sur goujons.

Vue sur la voie parcourue

Retour avec vue sur la voie parcourue

20 Janvier 2020 - Cogne - Monday Money (D+, 180m)  

Belle cascade en bonnes conditions. Parfait pour une reprise de la glace!

Voie

L1 (4): Nombreuses lignes possibles allant du 3 au 4. On peut atteindre soit un relais rive droite (2 goujons chaînés), soit faire relais rive gauche dans la glace (plus exposé aux chutes de glace des longueurs suivantes).
L2 (4): De même, on peut suivre plusieurs lignes avec des difficultés variables. Le plus simple semble être une rampe en rive gauche. Sinon, on peut corser l'affaire en passant plus directement. Relais en rive gauche.

2e longueur de Monday Money à Cogne

Une cordée voisine dans la 2e longueur de Monday Money

L3 (4) : Une longueur un peu plus raide que les précédentes. Actuellement, c'est un peu la douche sur 5m. Globalement, la glace et les protections sont bonnes. Relais sur goujons rive gauche.

3e longueur de Monday Money à Cogne
Dans la 3e longueur, lors de la descente

L4 (3): Longueur de transition. Une pente de neige avec un petit ressaut de glace.
L5 (4): Très belle longueur. Première partie assez sculptée et super sympa. La fin est assez raide, mais de nombreux trous rendent l'escalade plus facile. A la fin, il ne faut pas oublier de protéger pour son second car le relais se trouve très décalé sur la droite. Fin au soleil sur touffes d'herbe.

Fin de la dernière longueur de Monday Money à Cogne
Julien à la sortie de la dernière longueur.

Descente

En 5 rappels dans la voie.

Première longueur de Repentance Super

Du monde dans la première longueur de Repentance Super.

16 Janvier 2020 - Roche Parnal - Bachibouzouk (ED, 250m)  

Belle voie de dry, majoritairement sur prises naturelles. L'équipement en place et béton permet de tester ses limites sans se faire peur. Deux longeurs vraiment dures pour lesquelles il vaut mieux être bien préparé!

Départ de la 3e longueur

Steph au départ de la 7e longueur

Approche

Approche en 1h depuis le parking du Chesnet (hameau d'Orange au dessus de la Roche-sur-Foron). Monter aux chalets de la Balme puis vers la face N de la Roche Parnal en suivant la direction du col de Freu. Le nom est inscrit au pied de la voie, sur un godet de pelle.

Voie

L1 (M6+): Départ délicat sur petites prises. Un peu de glace à gauche pour aider. Puis on suit la fissure qui part vers la gauche pour finir sur quelques mètres en glace.
L2 (M9): Une grande traversée ascendante vers la droite. Très continu et assez délicat avec les pioches dans une fissure arrondie pas toujours franche. A la fin, on quitte la fissure pour traverser vers le relais à droite (5m) sur des trous forés (pas évidents à répérer). Nombreux goujons.
L3 (M9) : 8m à la verticale en suivant une colonne de glace (goujons sur la gauche), puis on traverse à gauche dans le toit. Ca devient très physique avec des trous forés pour les piolets et les pieds. Une fois la traversée terminée, encore 10m plus faciles droit au dessus pour rejoindre le relais. Nombreux goujons.

Départ de la 3e longueur

Départ de la 3e longueur sur la colonne de glace

L4 (M7): Une longueur très raide, tout droit. Quelques trous forés, mais aussi de belles fissures. Le réta au niveau de la clochette est physique. Relais sur une bonne vire (enfin!)
L5 (M4): Longueur assez courte en traversée sur la rampe.
L6 (M6+): Longueur encore assez soutenue, mais moins bourrine. Beaucoup de touffes et un peu de végétation.
L7 (M5): Belle longueur. Départ sur un joli plaquage de glace (goujons en place), puis un passage un peu plus difficile pour franchir un petit mur (5m) et fin facile dans des touffes.
Départ de la 7e longueur
Steph au départ de la 7e longueur

L8: Nous sommes sortis en suivant le couloir de neige, au plus facile. Un petit ressaut en terre gelée pour atteindre le sommet. La sortie classique se fait plus à gauche.

Descente

Tirer à flanc vers la gauche, puis descendre dans le couloir en tirant progressivement main droite pour rejoindre le col de Freu, puis le pied de la voie. (30 minutes). On peut également descendre en rappel dans la voie. Depuis R3, au dessus du toit, il y a à peine moins de 60m pour rejoindre le sol.

21 et 22 septembre 2019 - Scheideggwetterhorn - pilier ouest (ED, 1200m)  

Le pilier ouest du Scheideggwetterhorn est une superbe, longue course, essentiellement rocheuse. C’est une belle aventure avec quelques longueurs d’anthologie (notamment la fameuse Pargätziverschneidung, aussi imprononçable qu’impressionnante avec ses 15m de renfougne sans protection). On y trouve de tout : de belles longueurs de grimpe sur du beau rocher, des zones moins saines où l’on essaye de passer au moins pourri, une descente délicate. Si l’on ajoute à cela qu’on ne trouve qu’un seul goujon dans toute la voie (à R0 !), et finalement, assez peu de pitons, on s’imagine facilement que c’est une voie qui relativement exigeante. La nuit avec vue directe sur les séracs vient sublimer cette belle aventure.
Nous avons opté pour une stratégie sur deux jours, avec bivouac vers R23, ce que font la majorité des gens. Il doit être possible de réaliser l’itinéraire à la journée, et donc de s’affranchir des gros sacs, mais il ne faut vraiment pas traîner, et la descente doit être très délicate de nuit. L’accès à la Grosse Scheidegg est soumis aux horaires de bus (la route est fermée aux voitures). Nous sommes donc montés bivouaquer à la Grosse Scheidegg la veille pour pouvoir partir plus tôt. (premier bus vers 8h).
Nos horaires ont été les suivants : J1 : 6h45 : départ du bivouac 7h : pied de la face 8h15 : début de l’escalade 13h : déjeuner à la terrasse de R12 (bonne terrasse) 18h30 : bivouac de R23 J2 : 6h45 : départ du bivouac 10h15 : sommet 13h : Arrivée sur le Gutsgletscher 15h : Glecksteinhütte 17h30 : parking
Je ne décrirais pas ici l’ensemble de l’itinéraire (nous avons utilisé les topos de CampToCamp et de KeepWild climbs qui sont assez justes), mais simplement les passages qui m’ont paru trompeurs.

Vue depuis le bivouac

Vue depuis le bivouac

Approche

La goulotte d’accès est facile à trouver, elle se situe dans le prolongement de la croupe qui mène à la face. Après la traversée, et pour atteindre R0, il faut bien remonter à l’aplomb du grand dièdre (très caractéristique) pour remonter une cheminée sur une longueur et rejoindre la vire expo qui mène à R0 (cette vire se trouve en fait déjà dans la face, 15m au-dessus du « socle ».

Voie

L1 : Traversée quasi horizontale. Le relais se fait au premier piton que l’on trouve, avant de remonter sur l’éperon.
L2 : Un pas un peu délicat dans la dalle au-dessus du relais.
L3 : belle longueur. Fissure large. Relais sur 2 pitons.
L4 : Un pas délicat pour traverser sous le toit. Relais juste à droite du toit sur pitons branlants.
L5 : Courte longueur, relais sur lunule (sangle blanche)
L6 : Légèrement vers la droite jusque une vire inclinée, puis 10m plus raides.
L7 : 5c+. Un peu délicat. Droit au-dessus du relais. Vague dièdre puis traversée à gauche pour rejoindre une rampe vers la droite. Protections délicates. 5+.
L8 : Cheminée/fissure large. Relais 10m sois un toit humide.
L9 : L’une des plus belles longueurs. Dalle en 6a. Nombreux pitons.
L10 : Longueur très courte. Franchement vers la droite jusque une petite plateforme au pied d’une gorge avec un grand dièdre fissuré à gauche.
L11-12 : Deux longueurs dans le dièdre. On arrive sur une bonne plateforme (bivouac possible).
L13-15 : Plusieurs petits murs en IV à franchir. Rocher parfois mauvais. On arrive au pied d’un mur plus raide.
L16 : Belle longueur en 6a. D’abord sur le fil du pilier, puis traversée à gauche (écaille) pour rejoindre un dièdre fissuré (1 pas d’adhérence délicat). On débouche sur une zone plus facile IV qui, en quelques longueurs (ou corde tendue), mène au Pargätzischulter. On trouve une brèche équipée d’un relais de rappel. On descend alors coté S (très raide, peu engageant) pour rejoindre un relais dans une niche confortable 10m plus bas (4 pitons).
L17-22 : Rejoindre le grand dièdre où se trouve la Pargätsivershneidung. Grimper le dièdre qui se transforme en gorge. Itinéraire évident. Quelques longueurs de renfougne. En L22, on débouche sur une dalle inclinée au pied d’un mur raide (sangle blanche).
L23 : On contourne la partie raide par la droite, puis au plus facile pour déboucher sur la belle plateforme de bivouac. La vue sur les séracs et la vallée est superbe.
Au-dessus du bivouac, on trouve une zone plus facile (rocher parfois médiocre) que l’on remonte au mieux (5 à 6 courtes longueurs, la dernière remonte une dalle caractéristique sur le faîte de l’arête pour aboutir à une brèche). On est au pied de la dernière section difficile.
L30 : De la brèche, traverser à gauche (15m, vire facile), puis remonter le petit mur de 10m et basculer à gauche. On continue en ascendance à droite pour trouver un bon relais sur pitons.
L31 : Longueur délicate. Dalle au-dessus du relais, puis un dièdre légèrement à gauche pour rejoindre une fissure/cheminée de 3m, délicate (mais bonne protection). On arrive sur une plateforme sous un toit. Le relais est tout à droite (pitons, peu visible).
L32 : Juste au-dessus du relais. Passer le toit par la gauche (plus facile qu’il n’y parait), puis dièdre/cheminée facile. La suite jusqu’au sommet est aisée (corde tendue puis 1 longueur jusqu’au sommet).

Descente

Il y plusieurs itinéraires de descente possibles. Nous n’avons pas trouvé la descente aussi compliquée que dans certaines descriptions, mais c’est vrai qu’il faut rester concentrés et ne pas s’imaginer que la course est terminée. Voici l’itinéraire que nous avons suivi.
Une fois que l’on a rejoint l’arête, la suivre vers le SE sur environ 50m jusqu’au premier rappel (20m, pitons) qui dépose dans une brèche marquée. On y trouve un second relais de rappels (nombreux pitons), qui dépose 25m plus bas, dans un couloir (une fois dans ce couloir, attention aux chutes de pierres s’il y a des cordées au-dessus). Relais suivant au milieu du couloir (rive gauche, 2 pitons rapprochés). Ce rappel de 25m mène à un quatrième relais de rappel qui se trouve décalé en rive droite, à l’abri des chutes de pierres (2 pitons). Nous avons tiré un dernier rappel depuis ce relais, en traversant au maximum en rive gauche pour prendre pied sur une pseudo vire encombrée de graviers. De cette « vire », nous avons entamé une traversée délicate vers le SE, légèrement en ascendance au début, pour rejoindre une série d’éperons qui descendent vers le glacier (corde tendue, quelques protections possibles, terrain assez délicat). Il faut viser globalement le dernier éperon, issu de la brèche au bout de l’arête sommitale. En naviguant au mieux entre éperons et couloir nous sommes redescendus vers le glacier pour trouver un dernier rappel (2 pitons, 30m) dans une cheminée qui termine un couloir.
La traversée du glacier se fait sans encombres (quelques crevasses à traverser) pour rejoindre la grosse rimaye sous le col entre le Gutzgletscher et le Chrinnengletscher. Jusqu’au dernier moment, celle-ci semble infranchissable. En arrivant au pied, on découvre un passage finalement assez aisé par la gauche (crampons nécessaires, chaussures d’alpi utiles). La montée au col est ensuite aisée. Au col, une sente traverse pour rejoindre un relais de rappel en rive droite (marque orange, 1 goujon), visible depuis le col. Un premier rappel de 50m bien tapés mène à un second relais de rappel, un peu caché, droit dans l’axe (deux goujons reliés par une plaque métallique). Un second rappel de 50m permet de prendre pied sur une plateforme (marque rouge), où l’on retrouve un goujon qui permet de descendre jusqu’au glacier.
La glacier se descend facilement ( pas de grosse crevasse visible, pente à 35°) pour rejoindre la moraine où l’on trouve les marques blanches qui mènent au refuge.

26 janvier 2019 - Bessans - Cascade de Revernotte (grade 5, 550m)  

Revernotte est une longue cascade bien visible depuis la vallée. Elle est oritentée au sud, donc pas souvent en bonnes conditions. Les difficultés ne sont pas très homogènes mais il y a de très belles longueurs et c'est une belle sortie.

photo de la cascade de Revernotte

Dans les ressauts pour rejoindre la dernière longueur.

Approche

L'approche est simple et courte. Du pont vert où l'on se gare, il faut environ 45 minutes pour atteindre le pied de la cascade.

Voie

La première longueur est assez courte (4+). Lors de notre passage, il y avait beaucoup d'eau qui coulait (ce qui n'était pas le cas dans les longueurs suivantes). Elle débouche sur une partie moins raide, en neige sur environ 100m. Un autre petit ressaut d'environ 15m (3+) qui mène à une deuxième pente de neige. En remontant cette pente (environ 200m), on arrive au pied du grand ressaut central (relais sur broches).
Ce grand pan se remonte en deux superbes longeurs. Une première (50m) pour rejoindre un relais en rive droite, dans une zone moins raide. Une deuxième (5, 40m) que l'on remonte plutôt à gauche pour atteindre une sorte de rampe à la sortie de laquelle on trouve un relais en place.
On débouche alors sur une longue section de pentes de neiges entrecoupées de quelques ressauts de glace (3). Nous sommes restés plutôt à droite dans les ressauts en glace.
On arrive alors au ressaut terminal, le plus raide (40m, 5/5+). Il faut bien choisir où l'on fait son relais à la sortie car on débouche sur une pente de neige sans grandes possibilités de protections.

Descente

Partir vers la gauche (Sud-Ouest) pour rejoindre le couloir du Châtelard. Nous sommes descendus au mieux dans le couloir, plutôt en rive gauche. Quelques passages sont un peu délicats. Dans le bas, il y a quelques ressauts de glace à desescalader.

21 février 2019 - Mauvoisin - Les Chasseurs de Glace (170m, Grade 6)  

Les Chasseurs de Glace est une superbe cascade située au fond du vallon de Mauvoisin. L'approche est longue et complexe, ce qui rend le ratio grimpe/approche médiocre (3 longueurs seulement), mais transforme la journée en une véritable petite aventure. On se sent seuls et loin de tout toute la journée! La cascade prend le soleil une partie de la journée et les bonnes conditions ne sont pas garanties. Mais la cascade est visible depuis le barrage (1h30 d'approche), ce qui permet d'évaluer les conditions avant d'entamer la partie la plus pénible de l'accès, et éventuellement de se rabattre sur les cascades autour de Bonatchiesse.

Approche

L'accès au barrage est aisé en suivant tout le temps la route depuis Fionnay. Arrivés au hameau de Mauvoisin, on peut soit emprunter les tunnels glauques (entée juste au dessus du hameau, au bord de la route), ce que je déconseille, soit continuer simplement par la route jusqu'au barrage. Il faut franchir un petit muret pour prendre pied sur le barrage que l'on traverse (on voit la cascade en face). C'est ici que les choses se compliquent. Nous avons laissé les skis au barrage. De l'autre côté, nous rentrons dans le locaux techniques et remontons des tunnels longeant le lac sur son flanc est. Après avoir traversé deux tunnels, on trouve une echelle à gauche que l'on remonte (4m), puis un chemin qui revient en arrière jusqu'à une structure en béton. On trouve alors une deuxième échelle (15m) qui mène à un deuxième chemin équipé de câbles, un peu expo, et qui repart vers le sud. Environ 200m sur ce sentier câblé permettent de rejoindre des pentes plus douces (nous avons dû tirer une longueur pour traverser une zone de glace). Ces pentes mène ensuite facilement au pied de la cascade (encore environ 1h).

Voie

Nous n'avons pas fait la première longueur qui n'était pas en conditions, mais qui se contourne bien par la gauche (couloir de neige).
L2: 5, 55m.
La première longueur est longue. Elle permet de rejoindre au plus facile (suivant les conditions, zigzager un peu) le relais au pied de la longueur clé. Le relais se situe en rive gauche, dans une petite niche. 2 goujons.
L3: 6, 35m
Superbe longueure, soutenue. Relais sur une vire confortable.
L4: 4+/5, 35m.
Encore une belle longueur, nettement moins soutenue. Une dizaine de mètres à la verticale juste au dessus du relais puis moins raide. Relais sur goujons juste avant la sortie, en rive gauche (ne pas s'arrêter au premier spit que l'on trouve).

Descente

En deux rappels de 60m dans la voie (R4 et R2).

9 Octobre 2015 - Pointe Vouilloz - Le Premier Matin du Monde (ED+, 350m)  

Une superbe voie en granite avec un équipement typique de Piola: les passages en dalles sont équipés en scellements bétons et les fissures sont laissées vierges. Il faut parfois grimper un peu entre les points, mais l'escalade n'est jamais expo et il y a des longueurs d'anthologie.

Voie

L1 (6a+, 45m, 4 scellements et lunule): Longue dalle à adhérences. Un pas de 6a en fin de longueur un peu loin du dernier scellement qui réveille déjà.
L2 (6c+, 35m, 4 scellements): Droit au dessus du relais. 6c+ bien protegé dans la première partie, puis plus rien sur 20m mais bien protégeable et plus facile. Jolie fin en fissure. Relais sur une vire avec des buissons.
L3 (6c, 35m, 1 scellement): Prendre le premier dièdre à gauche au dessus du relais. Assez physique mais bien protegeable. Que le dièdre devient toit, on traverse à gauche (1 pas) vers un scellement. 5 m de dalle plus facile, puis on rejoint un nouveau dièdre à droite que l'on suit sur 10m jusqu'au relais.

3e longueur

Sortie du dièdre de L3

L4 (6a+, 40m): Passer de l'autre côté du pilier vers la droite pour rejoindre un beau dièdre (non visible depuis le relais). Ne pas partir vers le dièdre au dessus, à gauche, bien visible du relais.
L5 (5b, 45m, 0 scellement): Traverser à flanc pour rejoindre le couloir assez haut. On remonte ensuite à droite au dessus du couloir sur 15m pour rejoindre le relais.
L6 (7a+, 40m, 8 scellements): 2 scellements juste au dessus du relais puis droit dans le mur (peu de protections possibles). Après 15m, on retrouve les scellements jusqu'au relais. Superbe 7a sur une dalle à taffonis.
L7 (6b, 35m, 1 scellement): Rampe vers la droite pas trop dure, puis on monte sur une proéminence avant de rejoindre à gauche une fissure-dièdre ouvert pas si simple.
L8 (6c, 35m, 2 scellements): Dalle fissurée à droite du relais (bien protégeable). On bute sous un toit pour traverser à gauche vers un scellement sur une dalle et encore à gauche pour rejoindre une écaille fragile. La suite est droit au dessus dans une belle fissure-dièdre. Un autre scellement à la sortie pour rétablir sur la vire du relais.

Départ de la 8e longueur
Dans la 8e longueur en 6c

L9 (7a, 40m, 6 scellements): Un premier pas juste au dessus du relais avec une belle fissure/écaille (1 scellement).On suit une fissure jusqu'au toit bien visible depuis le relais. Sous le toit, il faut traverser à gauche puis on remonte droit au dessus jusqu'à un deuxième toit, moins marqué, que l'on contourne franchement à gauche (délicat, protection sur micro-friend). Le relais se fait dans le gros dièdre qui borde la face tout au long de cette longueur.

Départ de la 9e longueur
9e longueur, juste au dessus du relais

L10 (6a+, 45, 1 piton): Remonter la rampe au coin du dièdre (à droite) pour arriver sur une terasse d'éboulis. Puis on remonte le dièdre évident à droite (facile et protégeable). Relais sur une bonne vire.

Dans la 10e longueur
Beau dièdre de L10.

L11 (6c, 50m, 3 scellements): Un peu à gauche du relais, on repère 3 scellements dans le dalle. 7m en 6c (pas trop dur), puis facile jusqu'au sommet.

Descente

En rappel dans la voie jusqu'au relais du 5b, puis 3 rappels dans l'axe.